1er octobre 1881-1919 : La naissance des Girondins

lundi 14 juin 2010 - 10h05

Du sport sans le football
 

Nous sommes le 16 juin 1881. La loi Jules Ferry établir la gratuité totale de l’enseignement primaire.

Quelques temps plus tard, obligation sera faite au chef de famille, d’envoyer ses enfants à l’école de 7 à 13 ans, sauf s’ils ont obtenu le certificat d’études avant cet âge. Le retentissement est considérable. Le 1er octobre, c’est la rentrée scolaire d’une ère nouvelle.

Le même jour, naissent les Girondins Omnisports. La nouvelle passe totalement inaperçue. Le club deviendra grand. Personne alors ne le sait. Le président de cette nouvelle association est le Docteur André Chavoix. Il le restera pendant sept ans. L’idée est née dans l’esprit des joyeux lurons qui se rassemblent dans un vétuste local de la rue Sanche de Pommier, aux Capucins. Dans le centre de Bordeaux, dans le quartier populaire des Capucins.

Aux Girondins Omnisports, se pratiquent la natation, l’aviron, le tir, les sports équestres, la course à pied, la boxe et l’escrime. Mais la gym y est reine. Quatre titres de Champions de France par équipe le démontrent. Le football arrivera plus tard. En 1920.

Les débuts du football sont calamiteux
 

Le premier match s’achève par un désastre face à la section Burdigalienne (12-0).

Contrairement à une idée généralement répandue, le foot ne se porte pas mal à Bordeaux. En 1919 et 1920, la Vie au grand Air du Médoc, plus connue sous le sigle (V.G.A.M), a atteint les demi-finales de la Coupe de France.

Les Girondins devront attendre 21 ans pour arriver pour la première fois, à ce niveau. Ils feront d’abord leurs classes. Elles seront longues.

Un événement dramatique va précipiter le mouvement : la guerre civile qui déchire l’Espagne de 1936 à 1939.

Deux authentiques vedettes internationales arrivent aux Girondins : un défenseur Jaime Mancisidor et un attaquant Santi Urtizberrea. D’autres suivront. Se pointe aussi un entraîneur hors du commun : le génial Benito Diaz. Né le 15 juillet 1899 à Saint-Sébastien, Benito Diaz a joué à la Real Sociedad. Mais c’est surtout comme entraîneur qu’il a conquis ses titres de gloire.

Il dirigea l’équipe Olympique Espagnole aux JO d’Amsterdam en 1928. Il quittera Bordeaux en juillet 1942.

Sentimentalement, son cœur restera à Bordeaux. Revenu en Espagne, il entraînera à nouveau Saint-Sébastien pendant dix ans. Puis il prendra la direction de l’Athletico de Madrid de 1953 à 1955. Sélectionneur-entraîneur de l’équipe nationale espagnole de 1949 à 1955, Benito Diaz devient, en 1956, le directeur de l’Ecole Nationale Espagnole des Entraîneurs.

Champion de France amateurs
 

Les Girondins commencent à faire parler d’eux. Cela fait trois ans qu’Olivier Lhoste-Clos est leur président (1934-1945) lorsqu’ils enlèvent leur premier titre national : Champions de France Amateurs. Le 23 mai 1937, ils battent en finale le FC Scionzier (2-1). Le match s’est déroulé à Colombes en lever de rideau de la rencontre internationale France-Irlande. 17 000 spectateurs ont assisté à ce Bordeaux-Scionzier. Enfin, pour le moins, à ses dernières minutes.

« Les Bordelais doivent d’abord subir la loi des champions lyonnais. Les arrières ont du mal à enrayer les attaques. Surtout celle de l’inter gauche Cavalli. Mais bien vite, les Bordelais se reprennent, et à la 26ème minute, Urtizberrea le dos tourné au but et de volée, ouvre la marque.

Cet avantage est détruit aussitôt par le dangereux Cavalli. Sur corner, il égalise. A plusieurs reprises, le gardien bordelais doit intervenir pour sauver son camp. L’attaque bordelaise repart de plus belle.

Et à la 66ème minute, Urtizberrea bien servi par Massé, tire violemment. Le goal adverse repousse. Mais de volée, Catherineau loge le ballon dans les filets. Pour la première fois dans l’histoire du football, un titre national est enlevé par un club du Sud-Ouest » explique André Sainte-Cluque, l’historien du club, dans le livre d’or des Girondins paru en 1973.

L’équipe de Bordeaux était la suivante : Gérard – Popovici – Mancisidor – Dutour – Bazinette – Nalet – Urtizberrea – Massé – Catherineau – Larnaudie – Miramon. Etre Champions de France Amateurs, c’est bien. Passer pros, c’est mieux.

Depuis le 17 octobre 1936, les Girondins de Bordeaux FC – c’est leur nouvelle appellation ont posé leur candidature auprès du Groupement Professionnel. Elle est admise le 8 juin 1936. Les voilà en seconde division. Dans le groupe sud. Ils disputent leur premier match pro à Toulouse le 22 août 1937. Le perdent (3-2). Ils ouvrent à Bordeaux par une victoire face à Nîmes. Ils termineront avant-derniers et troisièmes de la poule de consolation.

 

Slideshow